alternative pesticide

Les alternatives aux pesticides : chez soi aussi !

Chaque année aux premiers jours du printemps a lieu la Semaine pour les alternatives aux pesticides. Diminuer voire éradiquer les pesticides ne concerne pas que les agriculteurs. Chacun à son niveau peut faire en sorte de limiter son impact sur l’environnement. Faisons donc un petit tour des bonnes pratiques à adopter pour jardiner sainement et naturellement dans notre petit coin vert.

Le plus simple : se passer de traitement !

En voilà une bonne lapalissade : éviter les pesticides en se trouvant des alternatives aux pesticides. Mais oui mais c’est bien sûr ! C’est pourtant la première chose à faire : mettre en place de bonnes pratiques pour un jardinage au naturel et ainsi limiter largement les traitements.

pesticide-bio-traitement-nuisible-maladie-plantes-astuces-grand mère

®Miriam Espacio – unsplash.com

Pour cela, nous vous conseillons de bien soigner la terre, qu’il s’agisse de la terre de votre petit potager de balcon ou du terreau de vos plantes d’intérieur. Du compost et de l’engrais vert pour les nutriments, un bon paillis pour la protection.
Ensuite, arrosez quand il faut et où il faut.
Dans votre potager, semez au bon moment et en respectant les espacements entre les plants pour éviter la propagation des maladies.
Enfin, pratiquez la rotation des cultures. C’est encore plus simple avec un potager au carré. Profitez-en pour relire les sept commandements d’un potager de balcon au top !

Utiliser des produits de biocontrôle en tant qu’alternatives aux pesticides

Le biocontrôle, vous connaissez ? Il s’agit d’un ensemble de méthodes visant à protéger ses végétaux, que ce soit dans son jardin, sur un petit recoin de notre balcon ou même nos plantes vertes d’intérieur. Ces techniques sont basées sur des mécanismes naturels en phase avec l’environnement : ainsi, on reproduit les interactions qui existent entre les différentes espèces dans leur milieu naturel. Comme quoi, nous n’inventons rien ! Il s’agit simplement de jardiner en respectant la nature.

Il existe 4 catégories de produits :

– les produits à base de substances naturelles comme les extraits de plantes, de roche ou d’argile ;
– les produits à base de micro-organismes tels les champignons, les bactéries et autres virus ;
– les produits à base de macro-organismes comme les insectes, acariens, nématodes (des vers microscopiques découverts assez récemment) ;
– les médiateurs chimiques qui regroupent les phéromones et toute autre molécule qui attire ou justement repousse les insectes.

Voici quelques produits de biocontrôle « » homologués par l’Anses.

  • Insectes et maladies CPJ
    Ce produit est destiné à lutter contre la maladie des taches foliaires et les insectes comme les cochenilles, les aleurodes, les pucerons en agissant par déshydratation. Il est composé d’acides gras, de sel de potassium et de soufre. Attention : il est sensible au froid.
  • Pucerons CPJ
    Comme son nom l’indique, il agit contre les pucerons mais aussi les aleurodes et les cochenilles. Il est également composé d’acides gras, de sel de potassium et de soufre.
  • Maladies des rosiers CPJ
    Composé de soufre, il agit contre la maladie des taches foliaires et l’oïdium ou maladie du blanc. C’est un traitement plus efficace en préventif qu’en curatif.
  • QDX Insecticide BIO PLM
    Composé de pyrethrines et pipéronyl butoxide, il a une action répulsive et paralysante contre les pucerons.
  • Naturen Eradibug
    Composé d’huile de colza estérifiée, il éradique les acariens, les aleurodes, les cochenilles et les pucerons en les asphyxiant.

Ces produits de biocontrôle sont donc beaucoup moins nocifs pour l’environnement. Mais attention tout de même, mieux vaut respecter quelques précautions d’emploi !
Ainsi, si vous traitez avec des alternatives aux pesticides vos plantes d’intérieur, ne le faites pas à l’intérieur justement ! Sortez les plantes sur votre balcon ou sur le rebord de la fenêtre. Préférez la fin de journée pour le faire et évitez les journées venteuses. N’oubliez pas de vous protéger en portant une paire de gants. Enfin, attendez au moins 6 heures avant de rentrer vos plantes traitées et/ou de faire un tour sur le balcon ou de laisser votre petit compagnon à poils y aller.

C’est la lutte… biologique !

La lutte biologique, ça sonne un peu barbare ! Mais ça ne l’est pas tant que ça. La lutte biologique consiste à utiliser des organismes vivants pour prévenir ou lutter contre les attaques des ravageurs des plantes. En d’autres termes, on introduit le prédateur naturel des bêtes qui nous embêtent. Il devient alors un véritable auxiliaire. Parmi les auxiliaires du jardinier, on retrouve les coccinelles, les guêpes, les carabes, les syrphes et toutes sortes d’araignées.

pesticide-bio-traitement-nuisible-maladie-plantes-astuces-grand mère

®Maaron Burden – unsplash.com

En 2017, la ville de Paris distribuait des larves de coccinelles au parc de Bercy. Les bêtes à Bon Dieu mangent de 50 à 80 pucerons par jour ! Autant dire que cet insecticide naturel est carrément efficace. Vous en trouverez assez facilement en jardinerie.

Les bonnes vieilles astuces de grand-mères

Ah nos grand-mères ! Toujours une astuce naturelle pour tout, et même pour soigner ses plantes !

Par exemple, elles savent depuis longtemps que le marc de café est super utile au jardin. Non seulement il sert d’engrais parce qu’il est riche en bons nutriments (comme le phosphore, le potassium et l’azote), mais en plus il agit comme répulsif. Pucerons, mouches, limaces, escargots, fourmis et nématodes le détestent ! Le marc de café se dépose au pied des plantes ou en pulvérisation mélangé à de l’eau sur ses plantes en pot.

pesticide-bio-traitement-nuisible-maladie-plantes-astuces-grand mère

®Tyler Nix – unsplash.com

Le savon noir est également un ingrédient à avoir chez soi pour soigner les plantes en alternatives aux pesticides. Composé de potasse et d’huile végétale (souvent, de l’huile d’olive), le savon noir est 100 % naturel et biodégradable. Il est redoutable en action curative contre divers insectes : il agit en bouchant les pores respiratoires pour asphyxier les pucerons et autres insectes.

Le bicarbonate de soude fait partie des indispensables de la maison et du jardin. Mélangé à du savon de Marseille, il vous aidera à prévenir le mildiou. Mélangé à de l’huile d’olive et de l’eau, il vous aidera à stopper la prolifération des insectes.

Les huiles essentielles pour chouchouter vos plantes vertes

Peut-être utilisez-vous les huiles essentielles pour vos cosmétiques ou vos petits bobos. Mais saviez-vous qu’elles peuvent aussi protéger vos plantes ? Parmi elles, l’huile essentielle d’ail, de menthe poivrée ou de géranium rosat sont plutôt efficaces contre les pucerons et les chenilles. Les huiles essentielles ne se mélangeant pas à l’eau, il vous faudra préparer votre petite mixture. Vous pouvez par exemple mélanger quelques gouttes d’huile essentielle (de 10 à 25 gouttes par litre d’eau selon l’huile essentielle utilisée et selon les recettes) à une cuillère de savon noir que vous diluerez dans l’eau. Il ne vous restera plus qu’à pulvériser. Rappelez-vous : les huiles essentielles sont naturelles mais pas inoffensives ! Surtout, protégez-vous bien en les manipulant et n’ayez pas la main lourde. Elles peuvent de plus être allergisantes, donc à tester prudemment !

pesticide-bio-traitement-nuisible-maladie-plantes-astuces-grand mère

®Kelly Sikkema – unsplash.com

Il existe également des mélanges tout prêts dans le commerce comme le vaporisateur de la marque Nirvana. Il contient 4 huiles essentielles : cannelle, niaouli, patchouli et tea tree. La formule spécifique pour les plantes d’intérieur permet de lutter naturellement contre les dégâts des maladies cryptogamiques, les moisissures et champignons. En plus, cette synergie tonifie et stimule les défenses naturelles des plantes.

Voilà quelques moyens de soigner ses plantes sans avoir recours à la chimie avec des alternatives aux pesticides. Et la liste n’est pas exhaustive !



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre