ikebana

Connaissez-vous ces végétaux japonais tendances ?

Vous ne le savez peut-être pas encore mais vous êtes un grand créatif ! Arranger un bouquet de fleurs, disposer des végétaux de façon harmonieuse, couper, tailler, donner une forme… Tout cela demande une bonne dose de créativité ! Nous vous proposons un petit tour d’horizon d’arts végétaux japonais très prisés et qui remportent beaucoup de succès chez nous aussi.

L’ikebana : savoir arranger les fleurs, c’est tout un art !

kokedama - ikebana - kusamono - végétaux - japon - art

http://www.ikebanart.com/

L’ikebana, vous connaissez ? Le mot vient de ikeru qui veut dire « vivre » ou « faire vivre » et de hana ou bana « la fleur ». Egalement appelé kadō (qui veut dire littéralement « la voie des fleurs »), cet art floral chinois à l’origine et arrivé au Japon au VIe siècle a largement dépassé les frontières du pays du soleil levant. Il se distingue fortement de notre manière à nous d’arranger les fleurs. Il est vrai qu’en occident, c’est surtout la valeur décorative qui nous intéresse. On cherche avant tout à assembler des fleurs qui matchent plutôt bien et on mise sur le plein de jolies couleurs ! L’ikebana n’est pas du tout dans le même registre. Comme c’est souvent le cas avec les arts japonais, ici, on cherche aussi l’harmonie. L’objectif est donc d’assembler les fleurs cultivées et tout autre végétal de la nature dans le bon contenant en prenant en compte l’espace, les couleurs, les volumes, les différences de hauteur ou de profondeur, etc. On utilise moins de fleurs et chacune d’elles a son importance et une place bien définie. Tout cela se fait en suivant des règles très précises dictées par la symbolique ! L’une d’entre elle est de n’utiliser que des fleurs de saison puisque l’ikebana exprime justement le passage d’une saison à une autre.

Il y existe différents types de bouquets d’ikebana :

Shajitsu Moribana qui est la base

– Kankaku Moribana, une version plus moderne

Shanshu Ike, une version plus épurée

Kankaku Rikka, un style ancien remis au goût du jour

Seika, le plus ancien et le plus codifié

kokedama - ikebana - kusamono - végétaux - japon - art

http://www.ikebanart.com/

La pratique de l’ikebana enseigne l’humilité et la patience. Il est ainsi souvent adopté par les fans de développement personnel qui apprécient particulièrement ses qualités méditatives.

L’ikebana est un art millénaire enseigné dans des centaines d’écoles au Japon. La bonne nouvelle c’est que si vous avez envie d’apprendre, vous n’êtes pas obligé de réserver un aller-retour Paris-Tokyo tout de suite ! Vous pouvez trouver des cours près de chez vous ou suivre un atelier découverte.

kokedama - ikebana - kusamono - végétaux - japon - art

http://www.ikebanart.com/

Kusamono, l’art des plantes en pot

kokedama - ikebana - kusamono - végétaux - japon - art

Le kusamono, c’est l’art de disposer une plante vivace dans un pot. Jusque là, tout va bien ! Mais bien entendu, si on vous en parle dans cet article, c’est bien qu’il s’agit d’une forme d’art à part entière. Un kusamono reflètera par exemple une saison. Il pourra aussi évoquer un lieu de nature comme un marécage, une prairie ou une forêt. Différents types de plantes sont utilisés : des graminées, des plantes à bulbes, des fougères, des plantes grasses, etc. Elles seront disposées de manière esthétique dans un pot plutôt petit, sobre et émaillé.

Le kusamono est souvent utilisé pour accompagner le bonsaï. Dans ce cas de figure, il changera de nom pour s’appeler shitakusa et servira à le valoriser. Le bonsaï, en voilà un autre bel art oriental ! Celui-ci, plus connu, consiste à cultiver un arbre miniaturisé en pot. Il fait appel à de nombreuses techniques de taille des branches, de ligature et même d’arrosage.

kokedama - ikebana - kusamono - végétaux - japon - art

Pour préparer votre kusamono, munissez-vous d’un pot d’assez petite taille, rond ou ovale. Placez une grille de drainage et au besoin un lit drainant (billes d’argile, gravier, etc.) dans le fond. Ajoutez le substrat composé de terre de Keto et d’akadama (de l’argile granuleuse japonaise). Pour faire simple et être sûr de réaliser le bon dosage, vous pouvez utiliser un mélange spécial bonsaï que vous trouverez assez facilement en jardinerie. Dépotez la plante vivace que vous aurez choisie, placez-la dans le pot en serrant bien. Recouvrez le substrat de mousse pour créer un joli tapis végétal.

Le kokedama, cultiver une plante en pot… sans pot !

kokedama - ikebana - kusamono - végétaux - japon - art

http://www.ikebanart.com/

Le kokedama c’est un peu la rencontre entre l’ikebana et le kusamono. Sauf que loin d’être millénaire, le kokedama est un art japonais très récent. Créé dans les années 1990, la technique consiste à cultiver des plantes dans une boule de mousse ! C’est ici même que ça devient délicat. La boule de terre recouverte de mousse devra être suffisamment sèche pour tenir toute seule mais suffisamment humide pour bien nourrir la plante. Les plantes les mieux adaptées au kokedama sont celles qui sont plutôt résistantes, avec des besoins en eau assez limités comme les fougères ou certaines plantes tropicales. Pour faire vous-même votre kokedama, vous aurez besoin de trois ingrédients principaux :

– une plante adaptée ;

– de la mousse naturelle que vous irez chercher dans un sous-bois ;

– un substrat pour lier le tout.

kokedama - ikebana - kusamono - végétaux - japon - art

http://www.ikebanart.com/

En premier lieu, nettoyez bien la mousse. Débarrassez-vous des saletés et surtout d’éventuelles locataires comme des limaces ou des escargots qui risqueraient d’apprécier votre kokedama pour le déjeuner ! Ensuite, préparez le substrat. Une recette consiste à plonger de l’argile noire toute une nuit dans une bassine. Le lendemain, il faut enlever le surplus d’eau et mélanger 50 % d’argile avec 30 % d’akadama et 20 % de vermiculite. Pétrissez le tout jusqu’à obtenir une pâte visqueuse. Sortez la plante du pot et grattez la terre pour en faire ressortir les racines. Démêlez-les au besoin puis entourez-les du substrat pour obtenir une boule. Recouvrez-la avec la mousse que vous taillerez pour obtenir une sphère parfaite. Plongez-la cinq minutes dans de l’eau à température ambiante et laissez égoutter. Et voilà, votre premier kokedama prêt à être suspendu dans votre salon !

Le jardin japonais

Rien de tel pour retrouver le calme et la sérénité que de créer chez soi un mini jardin japonais. Tout l’art consiste à reproduire des paysages naturels japonais dans une version beaucoup plus condensée. Prenons exemple sur les Japonais qui manquent souvent d’espace en ville. Là-bas, on excelle dans l’art d’optimiser le moindre recoin ! Vous pouvez tout à fait exploiter un petit coin de terrasse ou de balcon pour y créer un mini jardin zen.

Pour respecter cet art ancestral, pensez à ces trois indispensables :

– le végétal ; préférez des plantes à feuillage persistant ou semi-persistant. Pour une ambiance zen garantie, plantez un érable japonais, de la fougère qui se plaît bien à l’ombre et bien sûr, du bambou.

– le minéral ; associez des couleurs claires aux couleurs foncées pour retrouver la complémentarité exprimée par le yin et le yang. Si vous avez suffisamment de place, recréez le chemin de pierres sinueux avec des galets ou simplement ce que nous trouvons dans les magasins spécialisés sous le terme de « pas japonais ».

– l’ornemental ; certains éléments de décoration sont essentiel dans un jardin japonais. On pense en priorité à la fontaine et à la lanterne.

A l’intérieur de votre appartement, amusez-vous à recréer cette même ambiance sur vos étagères, une marche d’escalier, un couloir ou le rebord d’une fenêtre ! Vous pouvez même placer votre jardin zen sur un meuble dans un esprit terrarium. Pour cela, garnissez votre terrarium des éléments végétaux, minéraux et ornementaux incontournables.

Voici quelques pistes d’inspiration venues du pays du soleil levant ! N’hésitez pas à partager vos créations avec nous !

Et en plus une petite adresse pour trouver ces beaux végétaux japonais : www.ikebanart.com



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre